Collection de Communication & Influence

N° 82 - Avril 2017 : Conflits, guérillas et insurrections... violence, puissance et influence : le décryptage de Gérard Chaliand

Gérard Chaliand a sillonné la planète et passé plus de quarante ans de sa vie dans les rangs des guérillas et des mouvements insurrectionnels. Homme de terrain, il s'impose aussi comme un universitaire reconnu internationalement pour ses analyses géopolitiques et traités de stratégie. Il est enfin considéré avec raison comme l'un des meilleurs spécialistes mondiaux des conflits.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Gérard Chaliand dissèque les liens qui unissent violence, puissance et influence dans les luttes asymétriques, mettant l'accent sur les facteurs culturels et sociaux comme sur l'intelligence des situations. Et il en tire des leçons pour notre quotidien. L'Europe et la France, dans leur logique d'enfants gâtés et de bisounours, sont déconnectées des réalités. Elles culpabilisent et opèrent en permanence un déni du réel qui les condamne à l'impuissance. Gérard Chaliand nous invite à ouvrir les yeux et à regarder le monde en face. Pas de puissance sans courage, rappelle-t-il. Sous peu, nous allons devoir nous battre le dos au mur. Il faudra alors nous souvenir qu'il n'y a rien de pire que d'être vaincus...

Télécharger le document

N° 81 - Mars 2017 : Penser l'influence dans les rapports de force de la guerre économique : de la compétition aux manoeuvres criminelles

Les habits neufs de l'impérialisme : tel est le titre du dossier proposé ce mois-ci par la revue Sécurité globale. Dans cet ensemble, il a été demandé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, d'intervenir sur le thème Penser l'influence dans les rapports de force de la guerre économique : de la compétition aux manoeuvres criminelles. Comme peut le constater le lecteur dans les pages qui suivent, l'influence, comme Janus, offre deux faces, l'une positive, l'autre négative. Et la frontière est parfois ténue entre la volonté de remporter une bataille économique et l'utilisation proprement mafieuse des moyens qu'offre la guerre de l'information. Où s'arrête la compétition ? Où commence le crime ?

Sous l'angle qui intéresse plus particulièrement les lecteurs de Communication & Influence, à savoir les jeux d'influence s'articulant autour du soft et du smart power, il paraît utile de tisser des liens étroits avec les criminologues. Pourquoi ? Parce que les guerres d'aujourd'hui sont polymorphes et que la communication d'influence est un paramètre-clé de ces nouveaux rapports de force, en ce sens où elle porte essentiellement sur les débats d'idée, les représentations et les perceptions, et met l'accent sur la qualité des contenus, que ce soit sur un mode rationnel ou irrationnel.

Télécharger le document

N° 80 - Février 2017 : Géopolitique & Entreprises, entre puissance et influence : le décryptage de David Simonnet

Ancien élève de l'ESSEC, universitaire enseignant à Paris-I et passionné de géopolitique, David Simonnet est le fondateur et Pdg du groupe industriel Axyntis - leader indépendant de la chimie fine en France. Il vient de lancer Géopolitique & Entreprises, une Lettre de réflexion associée à la revue Conflits. Elle vise à faire prendre conscience aux chefs d'entreprise de l'impérieuse nécessité qu'il y a, dans un univers globalisé, à intégrer les paramètres géopolitiques dans l'engagement de leur stratégie.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, David Simonnet met soigneusement en relief l'importance des jeux d'influence - et du soft power en général - dans la guerre économique qui fait rage et plus généralement dans les rapports de force géopolitiques. Plus que jamais, l'intime connaissance de l'histoire et de la géographie, rouages-clés de la géopolitique, permet d'appréhender finement les nouvelles configurations au sein desquelles sont immergées les entreprises. Dès lors, à elles de définir au mieux les outils et méthodes à mettre en action, entre puissance et influence.

Télécharger le document

N° 79 - Janvier 2017 : Criminalité financière, opérations d'influence et guerre économique : le décryptage de Jean-François Gayraud

Docteur en droit pénal, commissaire divisionnaire - chef-adjoint de l'UCLAT, Unité de coordination de la lutte antiterroriste - Jean-François Gayraud est un spécialiste internationalement reconnu des questions de géopolitique, de criminologie et de géoéconomie du crime. Dans son dernier ouvrage, L'art de la guerre financière(Odile Jacob, 2016), il met en lumière les réalités des guerres financières et les rouages monstrueux qui ruinent les peuples à travers la planète, au profit d'acteurs financiers devenus omnipotents. Usant cyniquement de leur puissance, ces derniers sont devenus les propriétaires de la plupart des médias, combinant ainsi hard et soft power.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Jean-François Gayraud dénonce les lubies du fétichisme technologique et se livre à une magistrale démonstration, mettant en relief les racines philosophiques de ce bouleversement du monde auquel nous assistons. Et surtout, il ouvre des voies de réflexion et d'action pour combattre ce nouveau Léviathan que veulent nous imposer ces financiers et leurs médias au nom de leur doxa libérale-libertaire.

Télécharger le document

N° 78 - Décembre 2016 : Une identité puissante, clé de la communication d'influence

"Une identité puissante, clé de la communication d'influence" est le titre d'une contribution de Bruno Racouchot au dossier réalisé par le Syndicat français de l'intelligence économique - Synfie, wwww.synfie.fra>, sous la direction d'Olivier de Maison Rouge, "Peser sur son environnement concurrentiel : influence, réputation, communication ?"

Télécharger le document

N° 77 - Octobre - Novembre 2016 : Russie, Etats-Unis, France, entre puissance et influence : le décryptage de Jean-François Colosimo

L'élection de Donald Trump comme 45ème Président des Etats-Unis va bouleverser la donne sur l'échiquier complexe des relations internationales. Comment vont évoluer les relations avec la Russie ? Quel devenir possible pour la France dans cette nouvelle configuration ? Comment vont s'articuler soft et hard power tant du côté russe que du côté occidental ? Après l'annulation de la visite du président Poutine en France en octobre dernier, à quels jeux d'influence va-t-on assister ?

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Jean-François Colosimo dresse un portrait nuancé de la Russie, mettant en relief sa capacité à mêler politique de puissance et stratégie d'influence. Spécialiste de l'histoire des religions, fin connaisseur de l'univers orthodoxe, figure du monde littéraire français, ancien président du Centre national du livre, directeur général des éditions du Cerf, il nous fait bénéficier ici de sa solide connaissance des Etats-Unis et de la Russie. Et dénonce l'impasse stratégique dans laquelle s'est enfermée la France en matière diplomatique.

Télécharger le document

N° 76 - Septembre 2016 : Puissance et influence dans la guerre économique : le décryptage d'Ali Laïdi

Docteur en science politique, chercheur, journaliste, chroniqueur sur l'intelligence économique à France 24, Ali Laïdi travaille depuis des années sur le concept de guerre économique, dont il est l'un des meilleurs spécialistes français. En septembre, il a sorti une vaste fresque sur le sujet, Histoire mondiale de la guerre économique (Perrin, 575 p.). Certes, la guerre économique est aussi vieille que les sociétés humaines. Mais elle atteint aujourd'hui une ampleur inégalée, qui met en péril à l'échelle planétaire l'équilibre même des sociétés humaines. Malheureusement, l'Europe semble frappée de cécité et paralysée face à cette terrible réalité. Pourquoi ?

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Ali Laïdi rappelle que "la guerre économique n'est pas une guerre pour l'économie, mais un conflit politique mené sur le terrain économique. Autrement dit, l'objectif d'une guerre économique est toujours politique et vise la conquête ou la préservation de la puissance." Quand donc l'Europe en finira-t-elle avec le déni de réalité et saura retrouver la voie de la puissance ?

Télécharger le document

N° 75 - Juillet 2016 : Stratégies de séduction et jeux d'influence : le décryptage de Pierre Fayard

L'été est là. Et l'on sait que les vacances constituent un créneau idéal pour séduire. Or la séduction fait partie intégrante du soft power. Elle s'inscrit dans les jeux d'influence les plus légers comme les plus sérieux. Docteur en sciences de l'information et de la communication, professeur de stratégie à l'université de Poitiers, pionnier et praticien reconnu de l'intelligence économique, Pierre Fayard vient de publier Douze stratégies pour séduire. Quand le cinéma fait sa séduction (VA Press, 2016), une approche comparative des modes de séduction en fonction des contextes culturels.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Pierre Fayard note que la séduction refuse la coercition, préférant faire en sorte que l'autre entre dans notre jeu. Fin connaisseur de Sun Tzu, 4e dan d'aïkido, Pierre Fayard est aussi un grand voyageur, qui a longtemps vécu en Afrique, en Asie et en Amérique latine (il est ainsi professeur visitant au Brésil). Certes, entre la séduction et la manipulation, la frontière peut parfois sembler ténue. Mais au final, restent notre conscience et notre libre-arbitre.

Télécharger le document

N° 74 - Juin 2016 : Droit et renseignement, guerre économique et jeux d'influence : le décryptage d'Olivier de Maison Rouge

Docteur en droit, diplômé de Sciences-politiques, Olivier de Maison Rouge est avocat d'affaires et spécialiste du droit de l'intelligence économique. Il vient de publier Le droit du renseignement, renseignement d'Etat, renseignement économique (Lexis Nexis, 2016), suite logique de son ouvrage précédent, Le droit de l'intelligence économique, patrimoine informationnel et secrets d'affaires (Lamy, 2012).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Olivier de Maison Rouge étudie en parallèle le renseignement d'Etat (fortement remanié en France entre 2008 et 2015) et le renseignement économique. Il montre notamment comment les jeux d'influence sur les normes et les règles juridiques permettent de prendre un avantage majeur, tant en matière de relations internationales que de guerre économique. Les lois à vocation extraterritoriale (FATCA, SOX, FCPA¿) forgées par les Etats-Unis sous couvert de transparence ou lutte anticorruption en sont un exemple éclatant...

Télécharger le document

N° 73 - Mai 2016 : Géopolitique et jeux d'influence sur internet : le décryptage de Pierre Verluise

Oeuvrer pour une géopolitique tout à la fois pédagogique, sérieuse et attractive : tel est l'objectif de Diploweb.com et des différents vecteurs déployés depuis plus de quinze ans sur internet par Pierre Verluise. Docteur en géographie politique (Sorbonne), universitaire, chercheur, spécialiste des questions européennes, éditeur, il apparaît comme un personnage-clé du monde géopolitique francophone. Ayant compris très tôt que l'outil numérique pouvait être mis au service d'une cause jusque-là encore confidentielle, Pierre Verluise a contribué à désenclaver la géopolitique, lui permettant de rayonner vers un large public via le web.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Pierre Verluise rappelle que la géopolitique constitue une grille de décryptage vitale des enjeux contemporains, permettant de renouer avec une conception réaliste du monde. Cette démarche bien concrète de communication et d'influence, intelligente sur le fond comme sur la forme, a su recueillir l'adhésion d'un large public. Un cas d'école à saluer et à étudier de près...

Télécharger le document

N° 72 - Avril 2016 : Fabricants d'intox et manipulateurs dans la guerre mondiale de l'information : le décryptage de Christian Harbulot

"L'information (vraie ou fausse) est une arme parfois plus efficace que le fusil, la diplomatie, la justice ou la loi." Malheureusement, constate Christian Harbulot en ouverture de son dernier livre, Fabricants d'intox - La guerre mondialisée des propagandes (Lemieux éditeur, 2016), à la différence de ce que l'on observe dans le monde anglo-saxon, en Chine, en Russie ou en Israël, "une telle évidence n'entre pas dans le champ de vision de nos élites"...

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Christian Harbulot plaide pour un retour au réalisme. Directeur de l'Ecole de guerre économique, pionnier de l'intelligence économique dont il est un des meilleurs spécialistes, ayant beaucoup publié et travaillé concrètement sur ces questions, il nous montre comment démonter les man¿uvres de désinformation et de manipulation qui nous assaillent et nous ruinent, tant sur le plan diplomatique que dans la guerre économique. Alors, que faire ? Peut-être réapprendre avec lui l'art des opérations d'influence...

Télécharger le document

N° 71 - Mars 2016 : Man¿uvres d'influence grises et noires contre l'Iran et la Syrie : le décryptage de Frédéric Pichon

Arabisant, docteur en histoire contemporaine, chercheur, Frédéric Pichon est un fin connaisseur des arcanes du Proche-Orient, où il a vécu et enseigné. Universitaire, il est aussi un homme de terrain, qui aime se confronter aux réalités. A contre-courant du mainstream dans les dossiers iranien et syrien, Frédéric Pichon vient de publier Syrie, pourquoi l¿Occident s¿est trompé (Editions du Rocher, réédition janvier 2016). Une analyse impitoyable de nos échecs qui explique notre perte d'influence dans ce contexte géopolitique si complexe.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Frédéric Pichon décortique les process de manipulation, de désinformation et d'intoxication mis en ¿uvre à l'endroit de l'Iran et surtout de la Syrie. Sans porter un jugement de valeur sur le fond, il s'agit ici de mettre en relief l'articulation des outils du hard et du soft power dans des configurations à hauts risques. Et comprendre ce qui advient quand l'idéologie s'évertue à nier la réalité.

Télécharger le document

N° 70 - Février 2016 : Migrations, géopolitique, communication et influence : le décryptage de Gérard-François Dumont

Professeur à l'université de Paris-Sorbonne, le recteur Gérard-François Dumont est un spécialiste incontesté des questions démographiques et géopolitiques. A l'heure où l'Europe connaît une vague sans précédent de flux migratoires, il pointe du doigt non seulement le traitement déconnecté des réalités, par les médias comme par les autorités politiques, nationales ou européennes, mais aussi l'absence de vision stratégique et de réalisme de l'Union européenne en matière de contrôle des frontières et de maîtrise des mouvements de populations.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, le recteur Gérard-François Dumont montre clairement que "ce déficit de transparence et de communication fait que les citoyens ne comprennent pas, s'inquiètent et n'ont plus confiance. Il est donc urgent de remettre les choses à plat et de prendre en compte les réalités pour établir de bons diagnostics." De fait, plus que jamais se pose aujourd'hui crûment la question du devenir de l'Europe.

Télécharger le document

N° 69 - Janvier 2016 : Nos armées au défi de l'influence : hard et soft power sont intimement liés, le décryptage du Général Vincent Desportes

"L¿influence n¿existe que si elle est basée sur de solides réalités, économiques et militaires en particulier. Le monde est, et restera, un espace d¿affrontement armé des volontés." Tel est le constat dressé par le général (r) Vincent Desportes, qui vient de publier La dernière bataille de France (Le Débat/Gallimard). De fait, en matière de défense, sécurité et relations internationales, puissance et influence sont intimement liées.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, le général Desportes montre aussi que c'est dans les débats d'idées que se joue aujourd'hui l'avenir de notre puissance. En janvier 2013, il rappelait déjà dans nos colonnes (C&Inf n°40) à quel point l'influence s'imposait comme une arme redoutable, que les armées devaient s'approprier et maîtriser. Une orientation confirmée tout récemment par le Chef d'Etat-Major des Armées, le général Pierre de Villiers, pour qui l'influence constitue désormais un nouveau champ d'action. Un retour au réalisme dont on ne peut que se réjouir pour nos armées et notre pays.

Télécharger le document

N° 68 - Décembre 2015 : La communication d'influence et l'entreprise : le décryptage en vidéo de Bruno Racouchot

Expliquer en 11 minutes ce qu'est la communication d'influence, quelles sont ses cibles, sa logique, les retours sur investissement que l'on peut en attendre, tel est l'objet de la vidéo que vous allez découvrir. En effet, Jérôme Bondu, président du club IES (Intelligence économique et stratégique) et directeur de la société Inter-Ligere, m'a très courtoisement invité à m'exprimer sur ce sujet dans le cadre de son émission ActuEntreprise.

Qu¿est-ce que la communication d¿influence ?

Retrouvez l'interview de Bruno Racouchot sur le site ActuEntrepise

N° 67 - Octobre 2015 : Le sursaut ou le chaos : Thibault de Montbrial décrypte le terrorisme, entre droit, sécurité et jeux d'influence

Avocat pénaliste au barreau de Paris, fin connaisseur des questions de renseignement et de terrorisme, fondateur du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure, Thibault de Montbrial a publié en juin dernier Le sursaut ou le chaos (Plon). Refusant la langue de bois, il prône un durcissement des dispositifs, notamment juridiques, contre les djihadistes français.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Thibault de Montbrial précise très clairement : "Pour gagner cette guerre, il nous faut avant tout regarder la réalité en face, nommer les choses clairement, et susciter un projet collectif articulé clairement autour de valeurs. La lutte contre le terrorisme n'est pas qu'une affaire de technique, de droit et de renseignement. La dimension influence - entendons mentale, psychologique, philosophique - est essentielle puisque c'est sur le vide de nos sociétés que prospère le terrorisme islamiste."

Télécharger le document

N° 66 - Juin 2015 : Jeux d'influence et d'idées dans la société du vide et de l'éphémère : le décryptage de Gilles Lipovetsky

Sociologue de renom, Gilles Lipovetsky s'est fait connaître dès les années 80 par ses travaux précurseurs sur le vide de nos sociétés et leur propension à s'immerger dans l'éphémère. Il vient de signer une analyse très fine, De la légèreté (Grasset), où il met en relief le rôle des idées, des jeux d'influence et plus généralement du soft power dans notre monde.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Gilles Lipovetsky explique que si nos sociétés veulent retrouver leur équilibre et relever les défis à venir - dont le terrorisme - elles doivent au plus vite retrouver un juste équilibre entre hard et soft power. Et surtout redonner du sens et des repères à nos concitoyens, anxieux de voir prospérer l'empire du vide et de l'éphémère. Face à l'hyperviolence de l'hypermodernité, il n'y a pas de leçons de morale à donner ou recevoir. Soyons bien plutôt concrets et réalistes

Télécharger le document

N° 65 - Mai 2015 : Les mille facettes de l'influence : le décryptage de Ludovic François et Romain Zerbib

Ludovic François et Romain Zerbib, docteurs en sciences de gestion et respectivement professeur affilié à HEC Paris et professeur au groupe IGS, viennent de diriger Influentia, un gros travail dédié au décryptage des stratégies d'influence (éditions Lavauzelle), nourri par de nombreuses contributions d'experts - dont quelques grandes signatures d'outre-Atlantique comme Joseph Nye ou Noam Chomsky.

Dans l'entretien qu'ils ont accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Ludovic François et Romain Zerbib expliquent que, si l'influence n'est pas toujours intentionnelle, les processus d'influence sont eux, en revanche, souvent instrumentalisés. D'où leur approche des stratégies d'influence comme une allocation de ressources informationnelles et une mobilisation de vecteurs visant à orienter les attitudes et les comportements d'individus ou de publics en agissant sur leurs perceptions.

Télécharger le document

N° 64 - Avril 2015 : Quête de sens et influence dans un monde en manque de repères : le décryptage de Thierry de Montbrial

Polytechnicien, ancien ingénieur général au Corps des Mines, docteur en économie de l'université de Berkeley (Californie), Thierry de Montbrial est le président de l'Institut français des relations internationales (Ifri) et l'un des plus fins connaisseurs de la sphère complexe des relations internationales. Membre de l'Académie des sciences morales et politiques, il vient de publier Une goutte d'eau et l'océan - Journal d'une quête de sens (Albin Michel).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Thierry de Montbrial met en relief les liens qui unissent sens et influence, ce dernier concept apparaissant comme délicat à cerner et difficilement mesurable, se pensant essentiellement dans le temps long. Selon lui, pour retrouver toute son influence, la France doit prioritairement engager de profondes réformes économiques, afin de redonner des moyens à sa défense et à sa diplomatie.

Télécharger le document

N° 63 - Mars 2015 : Big Brother et le dressage des peuples via le soft power : le décryptage de Laurent Obertone

En 2013, le journaliste et écrivain Laurent Obertone s'est fait connaître du grand public avec un document choc, La France Orange mécanique, (éditions Ring), où il décrivait une France livrée à l'ensauvagement et à la pure violence. Dans la foulée, il signe aujourd'hui La France Big Brother, (éditions Ring), où il dissèque un système de domination des peuples via l'usage intensif du soft power. Deux livres qui ont suscité de nombreuses polémiques mais qui ont le mérite d'engager une réflexion de fond sur notre devenir.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Laurent Obertone décortique la "machine à dresser les peuples". Il montre à partir de quel socle mental sont élaborés les messages, comment ils circulent et formatent les esprits, rendant toujours plus ardu le travail de la pensée et délicat l'exercice de la liberté.

Télécharger le document

N° 62 - Février 2015 : Renseignement et influence, information et action : le décryptage d'Eric Denécé

Spécialiste du monde du renseignement, alliant la connaissance des actions de terrain à l'analyse stratégique, Eric Denécé est le directeur du CF2R, le Centre français de recherche sur le renseignement (www.cf2r.org).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Eric Denécé rappelle que l'influence se situe au c¿ur même des pratiques du renseignement, puisque les services spéciaux ont par nature vocation à exercer une influence clandestine au profit de l'Etat qu'ils servent. Une tâche d'une immense complexité dans un univers où les décideurs, dépouillés de toute vision stratégique, sont prisonniers de leurs dogmes, des médias, de "l'air du temps" et du règne de l'immédiateté. Lucide sur la perte d'influence de nos services, Eric Denécé n'en ouvre pas moins d'intéressantes pistes de réflexion en plaidant pour un retour urgent et vigoureux au réalisme.

Télécharger le document

N° 61 - Janvier 2015 : L'influence, paramètre-clé d'une nouvelle typologie des relations internationales : le décryptage d'Hubert Védrine

Comme conseiller diplomatique puis secrétaire général de l'Élysée, Hubert Védrine a passé quatorze années aux côtés de François Mitterrand au c¿ur du palais présidentiel, avant d'être cinq années durant ministre des Affaires étrangères sous la cohabitation Chirac/Jospin. Fin connaisseur des relations internationales, il a dès l'an 2000 intégré la dimension influence dans une typologie innovante et réaliste.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Hubert Védrine plaide pour un retour au réalisme en politique, tant en interne que sur la scène diplomatique. Comme il l'écrit dans son dernier ouvrage, La France au défi (Fayard, 2014), notre pays détient de nombreux atouts. Pour retrouver son rang et son aura, il doit cependant se montrer lucide et se réformer en profondeur. D'où l'urgente nécessité de réapprendre à penser sur un mode réaliste, en s'extrayant des pièges du dogmatisme et de l'"Irrealpolitik".

Télécharger le document

N° 60 - Décembre 2014 : L'omnipotence de la technique face à l'influence de la pensée : le décryptage de Charles-Edouard Bouée

La montée en puissance exponentielle de la technique risque-t-elle de tuer les forces de l'esprit ? Existera-t-il demain une place libre et un rôle à jouer pour le cerveau humain confronté à la mainmise des machines sur nos destinées ? Président de Roland Berger Strategy Consultants - l'une des plus importantes sociétés mondiales de conseil stratégique - Charles-Edouard Bouée livre avec son dernier essai Confucius et les automates (Grasset, octobre 2014), une solide réflexion sur "l'avenir de l'homme dans la civilisation des machines".

De prime abord, le constat est glaçant. Cependant, dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Charles- Edouard Bouée, familier de la pensée chinoise, ouvre avec bonheur des perspectives qui échappent souvent aux esprits occidentaux. Il se pourrait bien que les sagesses antiques soient susceptibles de nous offrir des voies nouvelles et salvatrices. Un essai où les initiés retrouveront des interrogations heideggériennes adaptées à un monde régi par la technique, l'économie et la finance. En un mot, une réflexion fertile sur les rivalités entre puissance et influence¿

Télécharger le document

N° 59 - Octobre 2014 : Le soldat au combat, perception du réel et influence du mental : le décryptage de Michel Goya

Le combat modifie toutes les perceptions. L'horreur surgit, la peur aussi. Certains hommes vont au-delà et font face. Pourquoi ? Comment ? Issu des Troupes de marine, ayant connu le feu (Afrique, Balkans), le colonel Goya, dirige le bureau Recherche au Centre de doctrine et d'emploi des forces à l'École militaire. Docteur en histoire, spécialiste du leadership et de l'innovation dans les organisations, enseignant dans des institutions prestigieuses, fondateur du blog La voie de l'épée, il vient de publier Sous le feu (Tallandier, 2014).

De 1914 à 2014, les contextes ont évolué. Mais aujourd'hui, le soldat au combat est soumis à des influences antagonistes. La réalité du combat d'un côté, certaines règles iréniques de la société civile de l'autre. Or, comme le note le colonel Goya dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, les événements s'accélèrent, le spectre de la guerre fait son retour. Pouvons-nous continuer à être ainsi déconnectés du réel ? À subir des influences délétères qui nous désarment mentalement ? L'heure n'est-elle pas plutôt venue d'un retour à la Realpolitik ? Entretien sur un sujet sensible¿

Télécharger le document

N° 58 - Septembre 2014 : Idéologies, communication et terrorisme dans le jeu complexe des relations internationales : le décryptage d'Alain Bauer

La menace terroriste est aujourd'hui omniprésente et polymorphe. Sa portée se trouve amplifiée par la croissance exponentielle des moyens de communication qui raccourcissent le temps et l'espace. Décapitations et mutilations sont mises en scène pour provoquer l'effroi et choquer, donc faire passer un message. À l'heure où l'inquiétude croît, il nous a semblé utile de demander à Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, ce qu'il en pensait, puisqu'il vient de signer récemment, avec Christophe Soullez - lui aussi criminologue - un ouvrage destiné au grand public intitulé Le terrorisme pour les Nuls (Éditions First).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Alain Bauer explique minutieusement comment s'articulent les rapports entre idéologies, communication et terrorisme. Pour faire face à ces nouveaux défis, il nous faut réapprendre à penser, retrouver la dimension stratégique, nous situer sur le long terme, en finir avec l'émotionnel et l'immédiateté. Nous devons surtout renouer avec la Realpolitik, donc faire l'effort de voir le monde tel qu'il est et non tel que nous souhaiterions qu'il soit. Bref, Alain Bauer plaide pour un retour au réel.

Télécharger le document

N° 57 - Juillet 2014 : Risques criminels et communication d'influence : un colloque pour les entreprises au Sénat

Comme annoncé dans Communication & Influence n° 51, un colloque portant sur l'évolution des menaces pour les entreprises s'est tenu en janvier dernier au Sénat, sous l'égide de l'institut Jean Lecanuet. Bruno Racouchot, le directeur de Comes communication, y est intervenu sur le thème des opérations d'influence et de contre-influence à mettre en ¿uvre dans l'entreprise, soit pour prendre l'offensive, soit pour se prémunir face à des opérations de déstabilisation pouvant porter atteinte à ses intérêts, en particulier son image et son capital immatériel. Cette intervention vient d'être publiée dans la revue trimestrielle France Forum, qui nous a très aimablement autorisés à la reproduire dans nos colonnes.

Télécharger le document

N° 56 - Juin 2014 : De l'influence des représentations mentales dans le jeu géopolitique : le décryptage d'Yves Lacoste

Considéré comme le père de la géopolitique à la française, le professeur Yves Lacoste défend une approche lucide et pragmatique des réalités géopolitiques. Pour lui, la géopolitique s'incarne dans des rivalités de pouvoirs entre acteurs évoluant sur des territoires, du pouvoir le plus brut au plus subtil.

Au plan géopolitique, l'influence consiste en un jeu subtil des idées et des représentations appliquées à la réalité de ceux qui vivent sur les territoires. Aux yeux d'Yves Lacoste, ce sont les hommes, les peuples qui font les territoires. Ils interagissent avec leurs voisins, ils vivent selon leurs représentations. Quand des groupes, sur un même territoire, ont des représentations différentes voire antagonistes, alors il y a risque potentiel d'affrontements puisqu'il y a rivalités de pouvoir.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Yves Lacoste, les pieds bien sur terre, montre à nos concitoyens à quel point l'histoire et la géographie tiennent une place capitale dans notre quotidien. D'où l'importance de refuser la langue de bois et les dogmes idéologiques qui déforment notre perception du réel.

Télécharger le document

N° 55 - Mai 2014 : Identité et influence, quel avenir pour la France ? Le décryptage de Denis Tillinac

Les élections européennes sont l'occasion d'une réflexion sur le devenir de notre pays. Est-il encore puissant ? Influent ? Son identité si particulière constitue-t-elle encore sa force principale ? Ecrivain, journaliste, proche du président Chirac dont il fut le représentant personnel au Conseil permanent de la Francophonie, Denis Tillinac vient de publier Du bonheur d'être réac (Equateurs, 2014). Pour lui, avant tout, la France doit se décomplexer, en finir avec la repentance et redevenir elle-même.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Denis Tillinac explique que la maîtrise du jeu des idées constitue une clé essentielle du pouvoir dans nos sociétés. Pour ouvrir les voies de notre avenir, il nous invite à nous défier des "bobos" et des prétendues élites parisiennes, et bien plutôt à renouer avec notre identité, à nous appuyer sur les richesses de notre histoire, à retrouver le sens de l'audace et l'esprit mousquetaire !

Télécharger le document

N° 54 - Avril 2014 : L'influence de la France sur la scène internationale : le décryptage de Michel Foucher

Géographe, professeur des universités enseignant à l'École normale supérieure de Paris et titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d'études mondiales, Michel Foucher a aussi été ambassadeur de France et conseiller du ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine. Spécialiste des frontières, il vient de publier un Atlas de l'influence française au XXIe siècle (Robert Laffont/Institut français, 2013). Pour lui, partager des idées, des initiatives, des actions, tel est le fondement de l'influence.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Michel Foucher constate qu'il existe une spécificité de l'influence à la française. Car le monde attend de nous non seulement que l'on produise des idées, mais encore qu'on les mette en ¿uvre avec nos partenaires. Elément-clé de la politique de puissance, l'influence est ainsi la résultante d'un subtil équilibre entre notre capacité à nous inscrire dans la marche du monde sans cependant renoncer à être ce que nous sommes.

Télécharger le document

N° 53 - Mars 2014 : Influence de l'imaginaire et déconnexion des élites : le décryptage de Michel Maffesoli

Professeur de sociologie à la Sorbonne, Michel Maffesoli vient de signer un pamphlet musclé contre Les nouveaux bien-pensants (Éditions du Moment). À ses yeux, hommes politiques, journalistes, intellectuels et hauts fonctionnaires parlent et agissent entre eux, en totale rupture avec les réalités du monde. Ils n'ont pas compris que notre univers a glissé du programmatique et du rationnel vers l'imaginaire et l'émotionnel.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Michel Maffesoli constate que le pouvoir institutionnel s'est déconnecté de la puissance qui émane du peuple. Or, la force de l'imaginaire qui survit dans le tréfonds de nos sociétés est considérable. Elle a des conséquences majeures sur l'organisation de nos vies, de nos cités, de nos entreprises. Et seule la compréhension fine des mécanismes de l'influence permet de répondre à ces nouvelles configurations et ces nouveaux enjeux.

Télécharger le document

N° 52 - Février 2014 : Temps, stratégie, innovation : des paramètres-clés pour les stratégies d'influence appliquées à l'entreprise

Le 24 mars prochain aura lieu, à l'Assemblée nationale, le lancement officiel de l'ouvrage L'intelligence économique au service de l'innovation (éditions Eyrolles). Rédigé sous la direction de Christian Coutenceau, président du groupement Technologies avancées de HEC Alumni, ce livre se fixe pour objectif de mettre nos entreprises et nos territoires en posture d'innovation permanente. Une douzaine d'experts, hommes et femmes de terrain, ont ainsi rédigé 50 fiches pratiques pour optimiser le positionnement de l'entreprise.

Cette démarche d'intelligence économique intègre ici la dimension influence, puisque Christian Coutenceau a demandé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication et de la Lettre Communication & Influence, de rédiger le chapitre Stratégie et communication d'influence ainsi que la conclusion, (publiée dans ce n°, avec l'aimable autorisation des éditions Eyrolles).

De fait, nos entreprises ont plus que jamais besoin de se familiariser avec les armes du soft power que nos concurrents anglo-saxons ou des pays émergents maîtrisent parfaitement. Toute entreprise dotée d'une forte identité, et quelle que soit sa taille, peut en effet s'imposer comme un acteur d'influence au sein de son écosystème si elle sait s'appuyer sur ses valeurs propres. Gagner les combats économiques d'aujourd'hui et de demain exige non seulement de faire preuve d'innovation, mais encore de faire évoluer nos paradigmes de pensée.

Télécharger le document

N° 51 - Janvier 2014 : Entreprises, risques criminels et communication d'influence : le décryptage de Xavier Raufer

Criminologue, docteur en géopolitique, Xavier Raufer est co-directeur du DRMCC, Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines de l'Université Paris II Panthéon-Assas et enseigne à l'international (Chine, Etats-Unis..). Pour lui, les menaces criminelles concernent désormais prioritairement les sphères économique et financière. Et donc l'entreprise.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Xavier Raufer présente le colloque organisé le 29 janvier 2014 au Sénat dans le cadre de l'Institut Jean Lecanuet. Plus particulièrement destiné aux entreprises, il s'intitule "Evolution des dangers et des menaces : ouvrons les yeux". Bruno Racouchot y intervient au nom de Comes Communication et de Communication & Influence pour expliquer comment la communication d'influence peut aider l'entreprise à contrer les actions de déstabilisation tout en optimisant son capital immatériel.

Télécharger le document

N° 50 - Décembre 2013 : La gastronomie, vecteur d'influence : le décryptage de Thierry Marx

Samedi 14 décembre, sous les lambris de l'hôtel Matignon, le Premier ministre a remis en petit comité les insignes de chevalier de la Légion d'honneur au Chef cuisinier Thierry Marx. Jean-Marc Ayrault a tout particulièrement salué l'exemplarité de son parcours professionnel et son rôle dans la prédominance de la cuisine française sur la scène internationale.

Les fêtes de fin d'année sont l'occasion de réfléchir au rôle que jouent la gastronomie française et plus généralement les arts de la table dans le rayonnement de la France à l'international. À ce titre, Thierry Marx est l'interlocuteur idoine. Issu d'un milieu modeste, il est aujourd'hui l'un des Chefs français les plus en vogue, à la tête notamment des restaurants de ce grand hôtel parisien qu'est le Mandarin Oriental.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Thierry Marx met en relief la dimension influence de la gastronomie, paramètre-clé qu'avait parfaitement su utiliser ce diplomate hors normes que fut Talleyrand. Homme aussi attachant qu'atypique, Thierry Marx nous invite à explorer toutes les ressources du soft power qu'offre l'art culinaire. Figure de proue de la cuisine moléculaire, il rappelle que l'on doit sans relâche conjuguer tradition et innovation. Ancien parachutiste, spécialiste des arts martiaux, qu'il pratique à haut niveau, Thierry Marx séduit par son discours simple et humain, qui révèle un homme calme, déterminé, d'une culture qui n'a d'égale que sa force intérieure.

Télécharger le document

N° 49 - Novembre 2013 : Identité, influence, puissance : face à la mondialisation, le plaidoyer pour la diversité d'Hervé Juvin

Essayiste et économiste français, Hervé Juvin vient de publier La grande séparation - Pour une écologie des civilisations (Le Débat / Gallimard). La biodiversité est aujourd'hui portée aux nues. Avec raison. Mais qu'en est-il de la diversité humaine, diversité des cultures, de la façon de vivre, d'aimer, d'être et de penser ? Qu'en est-il de cette polyphonie des valeurs ?

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Hervé Juvin invite à penser le monde de l'après-mondialisation, du retour des singularités, des identités et des déterminations politiques. L'Europe et spécialement la France ont tous les atouts pour relever le défi. En particulier sur le registre du soft power et de l'influence. A condition toutefois de ne pas céder à la facilité, qui nous conduirait à renoncer à notre place dans le monde.

Télécharger le document

N° 48 - Octobre 2013 : Les avocats, acteurs économiques d'influence

En septembre, la revue ACE - Avocats conseils d'entreprises - a très aimablement ouvert ses colonnes à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, pour réfléchir sur le rôle des avocats dans la mise en oeuvre de stratégies d'influence. Hier ignorée, l'intelligence économique commence à gagner ses lettres de noblesse dans le monde des avocats. Et l'on ne peut que s'en réjouir. De fait, depuis l'affaire Snowden, les choses bougent. Le discours jugé paranoïaque hier est maintenant perçu comme exact et prémonitoire. Aujourd'hui, on perçoit mieux et surtout positivement, les concepts de veille concurrentielle, de sécurité économique, d'influence et de préservation des intérêts vitaux des entreprises. Ces éléments constituent autant de priorités car ils signent dans les faits la volonté française de maintenir son rang de grande puissance économique et technologique dans un monde de concurrence où tous les coups sont permis.

On le sait, les questions de droit sont très souvent au coeur de la protection des enjeux économiques. Quand l'avocat conseille de protéger une marque ou de déposer un brevet, quand il s'interroge ou se renseigne sur la nature exacte d'un "chevalier blanc", d'un partenaire ou d'un sous-traitant, quand il rédige des chartes informatiques ou des règlements intérieurs veillant à la confidentialité des informations, quand il assure enfin la mise en place et le respect d'un "confidentiel entreprise", il fait de l'intelligence économique. Donc, pour partie, de l'influence.

Télécharger le document

N° 47 - Septembre 2013 : Une vie d'influence au sommet de l'Etat et au c¿ur de la guerre économique : le témoignage de Bernard Esambert

A l'heure où l'on s'interroge sur les blocages de l'économie française, où l'absence de vision et de stratégie inquiète, où la morosité frise la résignation, il est roboratif d'entendre le témoignage de Bernard Esambert, grand serviteur de l'Etat, qui fut l'un des hommes les plus influents de notre République. Volontaire, clairvoyant, énergique, l'homme a exercé les plus hautes fonctions au sein de l'appareil d'Etat et de l'économie nationale. Conseiller industriel et scientifique du Président Pompidou, directeur du Crédit Lyonnais, président de Polytechnique, du groupe Bolloré, de la Financière de Rothschild et de bien d'autres structures prestigieuses, il a été de toutes les grandes aventures industrielles du dernier demi-siècle.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Bernard Esambert plaide pour un retour au réalisme. Il exhorte nos concitoyens à comprendre que nous nous trouvons désormais dans une vraie guerre, la guerre économique, dont dès les années soixante-dix, il a saisi les risques et les opportunités. Et surtout, il montre comment une stratégie d'influence sainement conçue peut être engagée avec intelligence au service de notre pays et de ses entreprises.

Télécharger le document

N° 46 - Juillet 2013 : Ce que l'affaire Snowden révèle de la guerre économique : le décryptage de Bernard Carayon

La montée en puissance de l'affaire Snowden début juillet n'aura surpris que ceux qui s'évertuent à nier la réalité des jeux de pouvoir à l'échelle planétaire. Oui, les Etats-Unis ont mis la planète sur écoute. Oui, ils surveillent leurs alliés, l'Europe au premier chef. Oui, leurs pôles d'intérêt dépassent de loin la guerre contre la drogue ou le terrorisme. Oui, ils se servent de leur puissance pour vaincre dans une guerre économique où tous les coups sont permis, pour faire gagner leurs entreprises. Mais cela n'est pas nouveau. Par angélisme ou par faiblesse, nous préférons ignorer ces réalités, résultat d'une combinaison subtile entre hard et soft power.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Bernard Carayon dénonce notre aveuglement. Aujourd'hui avocat, maître de conférences à Sciences Po Paris et président de la Fondation Prometheus qui entend défendre les intérêts stratégiques des entreprises françaises, Bernard Carayon est connu pour avoir été un parlementaire extrêmement actif dans le domaine de l'intelligence économique. Depuis des années, il ne cesse de tirer le signal d'alarme. Finissons-en avec l'angélisme. Ouvrons les yeux. Soyons réalistes et déterminés. La France et l'Europe ont des atouts, nous pouvons gagner la bataille de la mondialisation. A condition toutefois de ne pas nous faire imposer les règles par d'autres et de bien maîtriser les techniques de l'influence.

Télécharger le document

N 45 - Juin 2013 : L'influence, le noble art de l'intelligence économique

La revue Communication & Organisation (Presses universitaires de Bordeaux) consacre son 42ème numéro au thème : La communication, dimension oubliée de l'intelligence économique. Alain Juillet, ancien Haut responsable à l'intelligence économique, et Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication et de Communication & Influence, y cosignent un article portant sur le rôle-clé de l'influence. Car l'intelligence économique et la communication sont deux univers qui, en France, se connaissent mal. Un constat d'autant plus paradoxal qu'à l'origine, la competitive intelligence a pour objet non seulement la recherche et la sécurisation de l'information, mais aussi sa diffusion en interne et en externe, auprès de cibles dûment identifiées.

Cette communication peut se faire ouvertement ou sur un mode plus subtil et transverse, via les stratégies d'influence. Sans coercition, l'influence vise à modifier le paradigme de pensée de la cible, à modifier ses fondamentaux, par la raison ou la séduction. Pour rayonner et influer sur ceux qui nous observent, il faut avoir une identité puissante et assumée, savoir qui l'on est et où l'on va. Ce qui implique de savoir questionner et donner du sens. En s'imposant tout à la fois comme faculté de création - via le questionnement ontologique - et faculté d'action pure dans la guerre économique, l'influence peut légitimement apparaître comme le "noble art" de l'intelligence économique.

Télécharger le document

N 44 - Mai 2013 : Les diplomates d'entreprise, pôles d'influence de la géoéconomie de demain : le décryptage de Pascal Lorot

Le 15 mai 2013 a eu lieu à Paris le 3ème Forum annuel que l'Institut Choiseul consacre aux diplomates d'entreprise. Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Pascal Lorot, président de l'Institut Choiseul, montre en quoi cette nouvelle profession, moteur d'influence dans les défis économiques à venir, constitue un atout-clé pour les entreprises.

Soucieux d'apporter leur soutien à cette forme innovante de soft-power dont notre pays a besoin, l'Institut Choiseul et Comes Communication ont décidé de s'associer pour lancer ce même 15 mai Legatio, une lettre bimestrielle dédiée aux diplomates d'entreprise. Plate-forme de réflexion et d'échanges entre experts et praticiens, elle vise également à constituer une passerelle avec leur écosystème. Elle sera régulièrement adressée aux lecteurs de Communication & Influence, qui savent que les combats d'aujourd'hui sont polymorphes et qu'il est impératif de s'approprier les outils les plus performants du soft power pour défendre et promouvoir nos intérêts dans le monde dangereux qui est le nôtre.

Télécharger le document

N° 43 - Avril 2013 : La Légion étrangère entre hard et soft power : le décryptage du général de Saint Chamas

Le 30 avril, la Légion étrangère fête le 150e anniversaire de Camerone. Avec ce combat héroïque livré au Mexique en 1863, la Légion crée son propre mythe. Quel rapport avec l'influence ? Tout simplement, la Légion constitue un bel exemple d'une fusion réussie entre hard et soft power. La perception qu'en ont les mondes de l'art et de la culture, des médias ou de la diplomatie, en font une saga qui fascine à l'échelle planétaire.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Christophe de Saint Chamas, général commandant la Légion étrangère, montre comment cette dernière, au-delà des seules vertus guerrières, constitue un formidable vecteur de rayonnement au service de la France. Une analyse confortée en pages 4 et 5 par André-Paul Comor, maître de conférences à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, et auteur d'une somme magistrale sur la Légion, récemment publiée chez Robert Laffont.

Télécharger le document

N° 42 - Mars 2013 : Défense, Opex, hard power et influence : quelle articulation à l'heure du Livre blanc ? Le décryptage de Patricia Adam

Députée du Finistère et élue du grand port militaire qu'est Brest, Patricia Adam est la présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale. A l'heure de la publication du nouveau Livre blanc, où la France est engagée avec l'opération Serval dans une opération extérieure (Opex) d'envergure au Mali, où les menaces se multiplient sur un horizon incertain, bien des questions se posent sur la part respective des armes du soft et du hard power dans notre stratégie de Défense d'aujourd'hui et surtout de demain.

Comme l'avait fait en son temps dans nos colonnes M. Guy Teissier, son prédécesseur à la présidence de cette commission (Communication & Influence, septembre 2010), Patricia Adam a très aimablement reçu Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, pour livrer sa perception des enjeux présents et à venir. A ses yeux, en matière de Défense, il ne peut y avoir d'influence sans un solide socle de hard power : "Pour notre pays, croire que le soft power remplacera le hard power dans notre capacité d'influence, ce n'est pas seulement une illusion, c'est une erreur stratégique."

Télécharger le document

N° 41 - Février 2013 : Guerre économique, temps durs et idées molles

Notre pays, qui dispose pourtant d'un fantastique potentiel en matière d'innovation et de créativité, se trouve aujourd'hui littéralement paralysé par la pensée convenue, qui inhibe au quotidien les raisonnements et les comportements. De fait, si nos entreprises veulent reprendre la main dans la guerre économique, elles doivent d'abord commencer par penser et agir autrement. Quand les temps sont durs, il faut en finir avec les idées molles. D'où le recours à l'influence.

Alain Juillet, ancien Haut Responsable à l'Intelligence économique auprès du Premier ministre, et Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, ont ainsi proposé à Ludovic François, professeur à HEC et directeur de la Revue internationale d'intelligence économique, une réflexion de fond portant sur les stratégies d'influence face à la pensée convenue. Elle montre en quoi l'influence constitue, pour les Etats comme pour les entreprises, une arme de choix dans la guerre économique.

Télécharger le document

N° 40 - Janvier 2013 : Opérations extérieures et opérations d'influence : le décryptage du Général Vincent Desportes

Les idées sont des armes. A l'heure où l'armée française intervient, seule, sur plusieurs théâtres d'opérations extérieures, à l'heure aussi où se poursuivent les discussions sur le Livre Blanc de la Défense, l'influence s'impose bel et bien comme une arme redoutable que nous devons impérativement apprendre à maîtriser, tant dans la sphère civile que militaire.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, le Général Vincent Desportes - ancien directeur de l'Ecole de guerre, professeur associé à Sciences Po Paris, conseiller dans de nombreux cénacles stratégiques comme l'IFRI ou le CSFRS - souligne à quel point hard power et soft power sont aujourd'hui inextricablement liés.

Télécharger le document

N° 39 - Décembre 2012 : La guerre de 1812-1814 entre Etats-Unis et Canada : l'influence géopolitique d'une guerre oubliée

Entre 1812 et 1814, une guerre éclata entre les jeunes Etats-Unis et la province britannique appelée à devenir le Canada. Au cours de ces combats, la Maison Blanche à Washington fut incendiée par les troupes anglo-canadiennes. L'Europe, plongée alors dans les guerres napoléoniennes, ignora à peu près ce conflit. Deux cents ans après, il mérite cependant d'être redécouvert, tant ses implications géopolitiques en Amérique du Nord sont importantes. Car ces affrontements constituèrent le creuset de l'identité canadienne. Leur souvenir reste encore aujourd'hui vivace et s'impose comme un paramètre à prendre en compte pour décrypter les stratégies d'influence sur la scène diplomatique nord-américaine.

Télécharger le document

N° 38 - Novembre 2012 : Stratégie et influence : vers un retour aux fondamentaux ?

Les mentalités seraient-elles en train de changer ? Le réalisme reviendrait-il au goût du jour ? En tout cas, en France, l'influence semble enfin trouver ses lettres de noblesse dans la sphère diplomatique. C'est pour expliquer ces mutations sur un mode grand public que Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, a publié cet automne deux articles dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles. Le premier porte sur la volonté affichée par l'Etat de développer une stratégie d'influence. Le second vise à réhabiliter la pensée stratégique. Ces signaux laissent espérer un certain retour au pragmatisme. On ne peut que s'en réjouir.

Télécharger le document

N° 37 - Octobre 2012 : Influence, relations institutionnelles et diplomatie d'entreprise : le décryptage de Didier Lucas

Dans l'univers de plus en plus complexe où évoluent les grandes entreprises, les responsables des relations institutionnelles ont un rôle-clé, politique et stratégique. Didier Lucas, directeur général de l'Institut Choiseul, spécialisé dans l'analyse des grandes questions stratégiques internationales (www.choiseul.info), a dirigé un ouvrage qui leur est consacré, Les diplomates d'entreprise - Pouvoir, réseaux, influence, (éditions Choiseul, sortie fin octobre).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Didier Lucas met en relief le rôle déterminant des stratégies et de la communication d'influence pour les instances dirigeantes dans les années à venir.

Télécharger le document

N° 36 - Septembre 2012 : Stratégie d'entreprise et communication d'influence

S'instruire pour vaincre s'impose comme un leitmotiv dans la guerre économique. Il faut donc saluer l'initiative des Presses universitaires de France de proposer en cette rentrée universitaire un Manuel d'intelligence économique. Christian Harbulot, en charge de la direction de l'ouvrage, a aimablement proposé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, de rédiger le chapitre intitulé "De la stratégie d'influence à la communication d'influence". La préoccupation de ce dernier a donc été d'offrir une synthèse opérationnelle, répondant aux questions qui lui sont posées comme chef d'entreprise, jour après jour depuis 1999, année de création de Comes : De quoi parle-t-on quand on parle d'influence ? En quoi l'influence se distingue-t-elle du lobbying ? Quelle est sa place dans le smart power ? A qui s'adresse-t-elle ? Comment faire en pratique pour engager une communication d'influence ? En direction de quelles cibles ? Pour quels retours sur investissements ?...

Un fil d'Ariane à suivre pour découvrir bien des aspects méconnus de l'intelligence économique et des nouvelles stratégies de puissance !

Télécharger le document

N° 35 - Juillet 2012 : La pensée et l'influence confrontées au défi du vide stratégique : le décryptage de Philippe Baumard

Professeur des universités (Stanford, Polytechnique), Philippe Baumard est également président du conseil scientifique du Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique (CSFRS). Spécialiste reconnu de la guerre cognitive et de la guerre de l'information, il vient de publier Le vide stratégique (CNRS Editions, 2012). Enfermés dans notre fétichisme technologique, obsédés par les performances à court terme, nous ne savons vers quel destin nous voulons tendre. D'où une économie hystérique et erratique, un malaise profond de nos sociétés et de nouvelles menaces qui surgissent sans relâche.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Philippe Baumard dresse un diagnostic sévère de ce vide stratégique mais ouvre aussi des voies conjuguant réflexion et action. Avec un mot d'ordre : faire impérativement preuve de réalisme offensif.

Télécharger le document

N° 34 - Juin 2012 : Influence, lobbying, public diplomacy... la France face aux armes du smart power : le décryptage de Claude Revel

Les jeux d'influence sur la scène internationale ont redistribué les cartes de la puissance. Le smart power, ce pouvoir de l'intelligence cher au président Obama, permet de remporter bien des victoires, en douceur mais avec de réelles conséquences. Notre pays a-t-il su prendre la mesure de cette mutation ? Quels sont nos atouts et nos faiblesses dans cette nouvelle forme d'affrontement à l'échelle planétaire ?

Enarque, spécialiste reconnue de l'intelligence économique, Claude Revel s'interroge. Son dernier livre, La France, un pays sous influences ? (Vuibert, juin 2012) dresse un état des lieux sévère mais non sans espoir. Dans l'entretien qu'elle a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Claude Revel plaide pour un recours aux stratégies d'influence, qui privilégient la force des idées, la richesse des contenus et la réhabilitation de la pensée stratégique.

Télécharger le document

N° 33 - Mai 2012 : De la puissance à l'influence dans la sphère des relations internationales : le décryptage de Pierre Buhler

L'ouvrage La puissance au XXIe siècle - Les nouvelles définitions du monde, (CNRS Editions, préfacé par Hubert Védrine), a récemment reçu le Prix du Festival de géopolitique de Grenoble. Son auteur, Pierre Buhler présente un parcours en parfaite adéquation avec la complexité du sujet. Diplômé d'HEC, de Sciences Po Paris et de l'INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales - polonais), ancien élève de l'ENA, ancien ambassadeur de France à Singapour, professeur de relations internationales à Sciences Po, il vient d'être nommé ambassadeur de France en Pologne.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication - où il s'exprime à titre purement personnel, n'engageant en rien son ministère - Pierre Buhler invite les Français à faire preuve de réalisme sur la scène internationale : "Ne nous laissons pas inhiber par un langage moralisateur sur la puissance et l'influence, car c'est bien là le jeu qui se déroule aujourd'hui sous nos yeux à la surface du globe."

Télécharger le document

N° 32 - Avril 2012 : Puissances, marchés, territoires : le triptyque de la guerre économique décrypté par Christian Harbulot

Fondateur de l'Ecole de guerre économique, Christian Harbulot a dirigé le Manuel d'intelligence économique sorti ce mois d'avril aux PUF (collection Major). Plus de trente spécialistes l'ont accompagné dans cette entreprise tout à la fois universitaire et pratique, qui aborde toutes les facettes de l'IE (intelligence économique), dont bien sûr l'influence.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication (et auteur du chapitre De la stratégie d'influence à la communication d'influence du Manuel d'intelligence économique), Christian Harbulot le dit clairement : "L'influence, c'est la grande stratégie d'aujourd'hui et de demain".

Télécharger le document

N° 31 - Mars 2012 : Intelligence économique et influence, le constat du préfet Rémy Pautrat

Haut fonctionnaire, tout à tour directeur de la DST (Direction de la surveillance du territoire, devenue en 2008 la DCRI, Direction centrale du renseignement intérieur), conseiller pour les affaires de sécurité auprès du Premier ministre Michel Rocard, puis secrétaire-adjoint du SGDN (Secrétariat général de la Défense nationale), le préfet Rémy Pautrat a été l'un des pères de l'intelligence économique (IE) dans notre pays. Pragmatique, lucide et humaniste, plaidant pour un ancrage local fort, il a aussi été l'initiateur de l'intelligence territoriale.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Rémy Pautrat dresse le bilan de 25 ans d'IE dans notre pays, pointant nos échecs et nos atouts. Et nous appelle à un sursaut. Il est grand temps que la France se dote d'une vraie ligne stratégique et réaffirme une authentique volonté de puissance.

Télécharger le document

N° 30 - Février 2012 : Vecteurs d'influence et débats d'idées : le décryptage de Nicolas Tenzer

Normalien et énarque, haut fonctionnaire ayant exercé de nombreuses responsabilités dans l'administration, Nicolas Tenzer est aussi directeur de la revue Le Banquet, président du Centre d'études et de réflexion pour l'action politique (CERAP) et d'Initiative pour le développement de l'expertise française à l'international et en Europe (IDEFIE).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, il explique pourquoi il est urgent que notre pays engage une vraie stratégie d'influence à l'international. Et sur le plan intérieur, à l'approche des échéances électorales, il plaide pour un retour à un authentique débat d'idées au coeur de la Cité.

Télécharger le document

N° 29 - Janvier 2012 : TOE, Théâtres d'Opérations Economiques, le décryptage de Frédéric Lacave

Coordonnateur ministériel à l'intelligence économique à Bercy, administrateur civil, Frédéric Lacave voit l'influence comme une priorité et une noble ambition qui s'inscrit dans une stratégie bien identifiée. Elle repose sur un ensemble d'actions visant à la reconnaissance de nos savoir-faire, afin de donner aux acteurs économiques des avantages concurrentiels sur la scène internationale.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Frédéric Lacave invite les décideurs civils à s'inspirer des stratégies déployées par nos forces armées sur les TOE - théâtres d'opérations extérieurs, pour les adapter à l'économie sur ce que l'on peut également qualifier de TOE : théâtres d'opérations économiques, tant il est vrai que les conflits du XXIème siècle se sont en partie déplacés sur ce domaine. Rien ne se fera sans une volonté de faire évoluer radicalement les mentalités, nous dit-il. Un entretien riche, qui ouvre des perspectives innovantes en matière de développement à l'international.

Télécharger le document

N° 28 - Décembre 2011 : L'influence, pointe de diamant de l'intelligence économique : le décryptage d'Eric Delbecque

Dans son dernier ouvrage, L'influence ou les guerres secrètes (Vuibert, novembre 2011), Eric Delbecque, chef du département sécurité économique de l'INHESJ (Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice), déplore la pusillanimité de la France en matière de stratégies d'influence. Une lacune d'autant plus regrettable que la France rayonna longtemps en Europe et dans le monde par la force de ses idées.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes communication, Eric Delbecque plaide en faveur d'une ligne stratégique digne de ce nom, soutenue par les outils du soft-power. Dans la sphère des relations internationales comme dans la guerre économique, la France doit désormais privilégier l'emploi des stratégies indirectes, au premier rang desquelles l'influence.

Télécharger le document

N° 27 - Novembre 2011 : Liberté d'expression, débats d'idées et jeux d'influence : le décryptage de l'avocat général Philippe Bilger

Début octobre, Philippe Bilger, avocat général près la cour d'appel de Paris, a choisi de quitter la magistrature. Haute figure de la justice française, célèbre pour son franc-parler, l'homme est passionné par le rôle-clé joué par les débats d'idées dans le bon fonctionnement de nos sociétés. A ses yeux, maintenir envers et contre tout la liberté d'expression face à la montée en puissance de la pensée convenue constitue une exigence fondamentale pour toute démocratie qui se respecte.

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Philippe Bilger apparaît comme l'archétype contemporain de l'honnête homme qui fit longtemps la réputation de la pensée française.

Télécharger le document

N° 26 - Octobre 2011 : Géopolitique, influence et grandes écoles de management : le décryptage de Jean-François Fiorina

Introduire la géopolitique dans le cursus des écoles de management pour mieux permettre aux étudiants de comprendre les réalités du monde : tel est le souhait de Jean-François Fiorina. Directeur de l'ESC (Ecole supérieure de commerce) de Grenoble - l'une des meilleures dans sa catégorie - co-fondateur du Festival de géopolitique, Jean-François Fiorina est un pragmatique. A ses yeux, "la géopolitique, c'est avant tout comprendre pour agir".

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Jean- François Fiorina plaide pour un retour au réalisme et précise sa vision en matière de stratégies d'influence et de relations internationales.

Télécharger le document

N° 25 - Septembre 2011 : Nucléaire, influence, indépendance ; Les idées et la technique ; Les combats du nucléaire.

"Les combats du nucléaire". Tel est le titre d'une tribune publiée récemment dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles par Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication. "Basculements politiques en série dans les pays arabes, fragilisant les équilibres régionaux ; montée en puissance de groupes terroristes liés au crime organisé dans les zones sahéliennes, riches en minerais indispensables à nos industries de pointe ; lignes de fracture politiques majeures au sein même de l'Union européenne sur la délicate question du nucléaire... Les enjeux liés à l'énergie ont transformé cet été la scène des relations internationales en un chaudron bouillonnant.[...] Or, ce n'est pas sur le seul plan technique que vont se jouer ces combats qui engagent notre indépendance. Que nos ingénieurs soient parmi les plus brillants du monde et que notre industrie nucléaire soit un exemple à l'échelle mondiale est une chose. Mais comment pourrons-nous faire face à des menées de déstabilisation, désinformation, manipulation si nous nous en tenons au seul plan technologique, en nous appuyant sur une simple communication classique ? Il est aujourd'hui urgent d'intégrer ces paramètres dans notre raisonnement stratégique."

Télécharger le document

DOSSIER HORS SERIE N° 7 - Juin 2011 : Stratégies d'influence, le décryptage de Pascal Gauchon.

Normalien, agrégé d'histoire, spécialiste de géopolitique, directeur de la prestigieuse collection Major aux PUF (Presses Universitaires de France), Pascal Gauchon quitte cette année la direction de Prépasup, un institut privé spécialisé dans les classes préparatoires aux plus grandes écoles commerciales (ESSEC, HEC, ESCP Europe, EM Lyon, EDHEC, etc.) et aux instituts d'études politiques.

Avoir formé une partie de l'élite managériale française n'est pas anodin. Dans l'entretien qu'il a bien voulu nous accorder, Pascal Gauchon donne son sentiment sur les stratégies d'influence en matière de formation et d'éveil des jeunes générations.

Télécharger le document

DOSSIER HORS SERIE N° 6 - Mai 2011 : Stratégies d'influence, le décryptage de François-Bernard Huyghe.

Universitaire, chercheur, François-Bernard Huyghe est reconnu comme l'un des meilleurs théoriciens et connaisseurs des stratégies, opérations et machines d'influence. Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, il dissèque, à travers un fin décryptage des arcanes de la sphère infostratégique, deux cas médiatiques récents : la mort de Ben Laden et l'affaire Strauss-Kahn.

Télécharger le document

DOSSIER HORS SERIE N° 5 - Avril 2011 : Stratégies d'influence, le décryptage du juge Jean de Maillard.

Le juge Jean de Maillard s'impose comme l'un des meilleurs experts de la lutte contre le crime organisé, en particulier la criminalité financière. Magistrat spécialisé en droit pénal, vice-président au Tribunal de Grande Instance de Paris, il est l'auteur de deux récents ouvrages, La fabrique du temps nouveau : Entretiens sur la civilisation néolibérale (Editions du Temps Présent) et L'arnaque, la finance au-dessus des lois et des règles (Gallimard).

Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Jean de Maillard prône le recours aux stratégies d'influence, indispensables à ses yeux pour que les entreprises françaises s'adaptent à la nouvelle donne mondiale et restent compétitives sur les marchés internationaux. Une approche aussi rigoureuse que réaliste, qui donne à réfléchir.

Télécharger le document

N° 24 - Mars 2011 : Risque nucléaire et jeux d'influence ; La fracture décideurs / émetteurs ; Réhabiliter le risque assumé

"Réhabiliter le risque assumé". Tel est le titre d'une tribune publiée récemment dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles par Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication. Face à la catastrophe nucléaire de Fukushima, et son exploitation par des groupes de pression," que doit faire l'industrie énergétique française ? L'erreur serait de se borner à opposer seulement des arguments techniques et rationnels. La rigueur de l'ingénieur est impuissante face aux opérations de manipulation. Cessons d'être réactifs, montrons-nous proactifs. Opérons autrement. Et d'abord pensons le problème en amont, sur le plan des idées. Les directions de la stratégie et de la communication de nos grands groupes doivent entamer une réflexion de fond débouchant sur l'engagement de stratégies d'influence positives. C'est là un travail sur le long terme, qui exige surtout de changer de perspective. La communication de "bisounours", avec ses discours infantilisants et sa langue de bois aussi niaise que contre-productive a montré ses limites. Pourquoi ne commencerait-on pas par réhabiliter la notion de risque assumé ?"

Télécharger le document

N° 23 - Février 2011 : Influence et innovation ; Le cas des pôles de compétitivité ; PME et communication d'influence : pourquoi ? Comment ? Quels retours sur investissement ?

"PME et communication d'influence : pourquoi ? Comment ? Pour quels retours sur investissement ?" Tel est le titre d'une tribune publiée récemment dans la revue de la CGPME par Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication. Elle constitue le dossier de ce mois. Même si PME et pôles de compétitivité sont plus particulièrement concernés, chacun trouvera dans ce vademecum pratique consacré aux stratégies d'influence les réponses aux questions qu'il se pose.

Télécharger le document

DOSSIER HORS SERIE N° 4 - Janvier 2011 : Stratégies d'influence, le décryptage de Marie-France Garaud.

Conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes, Marie-France Garaud est connue pour avoir exercé les fonctions de conseiller politique, d'abord auprès de Jean Foyer, Garde des Sceaux de 1962 à 1967, du temps du Général de Gaulle, ensuite auprès de Georges Pompidou, Premier Ministre puis Président de la République. Et aussi pour avoir participé, toujours auprès de Pierre Juillet, à la création du RPR présidé par Jacques Chirac.

A l'heure où elle vient de publier Impostures politiques, (Plon), vigoureux plaidoyer pour un retour en force du politique, elle a accordé un long entretien à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, dans lequel elle analyse les sphères respectives de l'influence et de la puissance, tout en disséquant les forces qui interagissent entre elles.

Télécharger le document

N° 22 - Novembre-Décembre 2010 : Après Toronto, São Paulo ; Géopolitique du Brésil ; Le Brésil, une influence grandissante sur la scène internationale ; Ordem e Progresso, la devise du Brésil ; France - Brésil, une influence réciproque ; Le rêve de la France Antarctique.

En 2007, Comes Communication ouvrait sa première antenne à l'international à Toronto, en Ontario, coeur du Canada anglophone. En novembre 2010, nous avons réitéré cette montée en puissance au Brésil, en ouvrant une nouvelle antenne à São Paulo. Ce qui explique que ce n° de Communication & Influence soit entièrement dédié au Brésil. Un thème d'actualité. Le 1er janvier 2011, Dilma Rousseff a pris ses fonctions de Président du Brésil. Un Brésil qui bénéficie d'une croissance exceptionnelle (8% pour 2010), au risque d'être en surchauffe, et qui offre de prodigieux champs de développement à explorer. Pourquoi, comment le Brésil est-il devenu ce géant qui fascine, tant par sa puissance que par son dynamisme ou sa formidable influence ?

Invité du mois : Son Excellence l'Ambassadeur Octavio Rainho. Diplomate brésilien de très haut rang, fin connaisseur de notre pays où il séjourna à deux reprises, il fut en outre durant huit ans ambassadeur du Brésil en Inde, autre pays majeur émergent. Un discours à décrypter avec soin. Et quelques leçons à tirer.

Télécharger le document

N° 21 - Octobre 2010 : Lobbying et communication d'influence, dossier spécial paru dans Fusions & Acquisitions Magazine n° 242-243, de septembre-octobre 2010

Hier encore, le lobbyiste pouvait se contenter d'un dialogue bilatéral et discret avec le pouvoir. Il doit maintenant compter avec les relais d'opinion. Rouages-clés de notre société ouverte, ceux-ci répercutent leur perception des enjeux vers une opinion publique souvent dubitative, parfois méfiante. Les modes d'action du lobbyiste s'en trouvent de facto modifiés. Par-delà la formulation d'argumentaires techniques ou juridiques, il lui faut désormais élaborer un discours cohérent, précis, bien informé, porteur de sens et de repères, et ne pas craindre d'intervenir dans les débats de société. D'où le recours à ce que l'on nomme stratégie d'influence, et à sa déclinaison pratique, la communication d'influence. Car, dans une démocratie d'opinion, ce sont les esprits qu'il faut éclairer et convaincre. Comment faire ? Dans quel cadre ? Pour quels objectifs et vers quelles cibles ? Peu connue en France, la communication d'influence a un bel avenir devant elle, comme socle et support du lobbying.

Dossier co-écrit avec Henri Thomé. Ingénieur des Ponts et Chaussées, Henri Thomé est le Délégué général Europe assurant la direction de la Représentation européenne de Bouygues SA, basée à Bruxelles, pour l'ensemble des métiers du Groupe : Bouygues Construction, Bouygues Immobilier, Bouygues Telecom, Colas et TF1. Il est membre du Conseil de Groupe. Henri Thomé est également ancien Président du Club des représentants des grandes entreprises françaises à Bruxelles, et membre du conseil d'administration du think tank Confrontations Europe, dont le président est Philippe Herzog.

Télécharger le document

 

DOSSIER HORS SERIE N° 3 - Septembre 2010 : Stratégies d'influence, le décryptage de Guy Teissier.

Président de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale, Guy Teissier est un observateur avisé des relations internationales et des questions de défense. Initiateur des universités d'été de la Défense, créateur de la mission de contrôle de l'exécution des crédits du Ministère de la Défense, Guy Teissier explique à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, sa vision des stratégies d'influence. Une approche proactive, fine et pragmatique, qui s'inscrit dans la droite ligne de sa conception de la diplomatie parlementaire.

Télécharger le document

 

N° 20 - Juin 2010 :

Ce numéro spécial de Communication & Influence est intégralement consacré au colloque qui s'est tenu le 15 juin dernier à l'Ecole militaire à Paris, dont le thème central était : "Quelle stratégie d'influence en appui aux opérations militaires ?". Nous en présentons ici quelques extraits, significatifs de l'évolution de la pensée stratégique française. De fait, un colloque de ce type constitue une première et se révèle riche d'enseignements, aussi bien pour les théâtres d'opérations extérieures que pour la guerre économique. Tant l'allocution prononcée en ouverture par le général de division aérienne Guillaume Gelée, directeur du CICDE - Centre Interarmées de Concepts, de Doctrines et d'Expérimentations - que l'analyse conduite par le colonel François Chauvancy, intéresseront l'ensemble des décideurs des mondes civil et militaire.

Télécharger le document

 

N° 19 - Mai 2010 : La géopolitique, pour comprendre les nouveaux enjeux ; Le Festival de géopolitique de Grenoble ; La géopolitique, grille de décryptage du réel ; Géopolitique et guerre économique : reprendre l'offensive ; Vidal de La Blache, géographe de science et d'influence.

La tenue du second Festival de géopolitique de Grenoble, les 28, 29 et 30 mai, permet de comprendre quelle utilité présente cette discipline, pour les universitaires comme pour les entreprises. Elle exige de voir le monde tel qu'il est et non tel que nous souhaiterions qu'il soit. La géopolitique est saine parce qu'elle fait appel à notre sens des réalités, à notre pragmatisme. Elle nous invite à retrouver un nouvel état d'esprit. De fait, la géopolitique est un fabuleux vecteur d'influence.

Invités du mois : Jean-François Fiorina et Pascal Gauchon ont créé en 2009 le Festival de géopolitique et de géoéconomie de Grenoble. Jean-François Fiorina est le directeur de l'Ecole Supérieure de Commerce de Grenoble. Pascal Gauchon dirige la collection Major aux PUF, Presses Universitaires de France. Normalien, agrégé d'histoire, il est également le directeur de Prépasup, institut d'enseignement supérieur privé spécialisé dans les préparations Sciences Po et HEC.

Télécharger le document

 

DOSSIER HORS SERIE N° 2 - Avril 2010 : Stratégies d'influence, le décryptage d'Alain Bauer.

Fin connaisseur des questions de sécurité, Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers. Il enseigne dans les plus prestigieuses institutions françaises et étrangères. Au cours de l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Alain Bauer démontre le rôle majeur des idées dans les stratégies d'influence. Une analyse lucide, pragmatique, procédant à un incessant et fructueux aller-retour entre la réflexion et l'action.

Télécharger le document

 

N° 18 - Mars 2010 : Le miroir afghan ; Guerre et communication : penser autrement ; Guerre et distorsion de perception ; Guerre, représentation et influence ; Hogard, la guerre sur un mode synoptique.

La sphère des relations internationales et la géopolitique n'échappent pas aux jeux de communication et d'influence. Il nous faut parfois revoir nos jugements. Ainsi pour l'Afghanistan. Le livre de Mériadec Raffray récemment publié "Afghanistan - Les victoires oubliées de l'Armée rouge" (Economica), en est l'illustration parfaite. Non, l'Armée rouge n'a pas connu de déroute en 1989. Oui, elle a remporté d'indéniables succès tactiques. Et malgré tout, elle a perdu sur le plan communicationnel. Comment ? Pourquoi ? Et en quoi cela nous concerne-t-il ?

Invités du mois : Journaliste, historien de formation, officier de réserve et analyste méticuleux, Mériadec Raffray dissèque pour nous l'intervention soviétique en Afghanistan. Journaliste également, au quotidien Libération, fin connaisseur des arcanes du monde militaire et animateur du blog Secret Défense, Jean-Dominique Merchet explique comment nos préjugés, nos filtres idéologiques, faussent trop souvent la perception que nous avons de la réalité.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 17 - Février 2010 : Les sondages, information et/ou influence ? ; Sondages, ceux qui doutent ; Le sondage informe mais n'influence pas ; Le sondage, élément-clé de la vie démocratique ; George Gallup, pionnier du sondage d'opinion.

Invités du mois : À la veille des élections régionales de mars 2010, et pour mieux comprendre l'enjeu des sondages, ce 17e numéro de Communication & Influence accueille deux invités de choix. Président d'Opinion Way, l'un des principaux instituts de sondage français, Hugues Cazenave estime que les professionnels des sondages sont jugés sur la fiabilité de leurs observations, et qu'en eux-mêmes, les sondages ne constituent pas des instruments d'influence, bien plutôt des outils d'aide à la décision.

Aujourd'hui en charge des relations institutionnelles du groupe PPR, ancien conseiller opinion auprès du Président Chirac à l'Elysée, l'ex-secrétaire d'Etat Frédéric de Saint-Sernin affirme que les sondages concourent au bon fonctionnement du système démocratique informant sur l'état de l'opinion publique.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 16 - Janvier 2010 : La bande dessinée, l'influence par l'émotion ; Héros BD : l'éternel retour ; La bande dessinée, vecteur d'influence, reflet de notre société ; Le scenariste BD, héritier des conteurs et des bardes ; Tintin, reporter influent.

Invités du mois : À l'occasion du 37e Festival de la bande dessinée d'Angoulême, Communication & Influence a ouvert ses colonnes à deux professionnels de la bande dessinée :

Tout d'abord Claude de Saint Vincent, aujourd'hui Directeur Général de Média-Participations, 3e groupe d'édition français (320 M€ de CA), actif dans la presse et l'édition avec notamment Dargaud, Dupuis, Fleurus, Mango... Pour ce fin connaisseur du monde de la BD, l'intrusion de cette dernière dans le monde économique est emblématique de sa puissance et de son rayonnement, qui ne peuvent être que confortés par l'explosion du numérique et des nouvelles technologies.

Ensuite le scénariste Pierre Boisserie. Venu à la BD par le dessinateur Eric Stalner, Pierre Boisserie est le scénariste de plusieurs séries à succès, dont "Dantès", qui anticipait l'affaire Kerviel. A ses yeux, le scénariste est par nature un homme d'influence, qui reprend à sa manière la tradition des conteurs d'autrefois, et comme tel, se positionne comme "faiseur d'opinion".

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 15 - Décembre 2009 : Ce numéro spécial de Communication & Influence est consacré au thème "De la communication à l'influence" qui a constitué l'un des points forts de la 4e Journée nationale de l'Académie de l'intelligence économique. Cet événement s'est tenu le 10 décembre dernier au Pôle Léonard de Vinci à la Défense. Il était organisé par Alain Juillet, ancien Haut responsable à l'intelligence économique, qui nous a fait l'honneur de rédiger l'éditorial de cette 15e newsletter, "Compétitivité et stratégies d'influence".

On trouve donc dans ce numéro spécial la synthèse des interventions des participants, parmi lesquels Denis Pingaud, vice-président exécutif de l'institut de sondage OpinionWay, François-Bernard Huyghe, universitaire renommé et fin connaisseur des media, Nicolas Vanbremeersch, fondateur de Spintank et spécialiste de la blogosphère, et enfin, Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication.

Invité du mois : "Intelligence économique et communication d'influence sont aussi à la portée des PME !", par Christian Coutenceau, qui fut l'animateur du débat "De la communication à l'influence" lors de cette journée de l'Académie de l'intelligence économique. Directeur du pôle consulting de Ricoh France, Christian Coutenceau est aussi président du groupe Technologies avancées de l'association des diplômés HEC. Il a notamment occupé des fonctions de DSI, directeur de l'organisation et supply chain dans l'industrie du luxe (groupes Cartier et LVMH). Il est l'auteur d'un Guide pratique de l'intelligence économique qui vient de sortir aux éditions Eyrolles.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 14 - Novembre 2009 : Darwin et le pouvoir du Verbe ; Innovations d'entreprises : l'influence des théories de l'évolution ; Darwin, l'entreprise et le management - Compétition, coopération et... influence ! Darwin, gentleman savant.

Invité du mois : "Dans la jungle comme partout, le pouvoir passe par l'influence", par Yves Christen. Yves Christen vient de publier deux ouvrages : "L'animal est-il une personne ?" (Flammarion, 2009) et "Les Surdoués du monde animal" (Ed du Rocher, 2009), remarquables synthèses des études scientifiques les plus récentes sur l'intelligence animale. Biologiste, spécialiste de la maladie d'Alzheimer, il a été rédacteur en chef de La Recherche et responsable des pages scientifiques du Figaro Magazine. Il a notamment publié "Les Énigmes du cerveau" (Bordas, 1989), "Les Années Faust ou la Science face au vieillissement" (Sand, 1991), "Le Peuple léopard. Tugwaan et les siens" (Michalon, 2000) et "Marx et Darwin" (Albin Michel, 2000).

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 13 - Octobre 2009 : D'un mur à l'autre ; Berlin, nouveau centre d'influence ; Les USA, de la guerre froide à la guerre des idées ; Markus Wolf, maître de la subversion.

Invité du mois : : "L'influence, de la guerre froide à la guerre économique", par Jean-Paul Picaper. Jean-Paul Picaper vient de publier "Berlin-Stasi", (Éditions des Syrtes, novembre 2009). L'auteur est né à Pau en 1938. Il a été maître-assistant puis professeur de science politique à l'université de Berlin-Ouest pendant 13 ans et correspondant du Figaro en Allemagne pendant 26 ans. Domicilié à Berlin, il collabore à Valeurs Actuelles, à Politique Internationale, à la Preussische Allgemeine Zeitung, au Münchener Merkur. Jean-Paul Picaper a publié plus d'une vingtaine de livres, parmi lesquelles des biographies d'Helmut Kohl, d'Angela Merkel et d'Otto de Habsbourg (en français) ainsi que de Nicolas Sarkozy (en allemand). Derniers parus "Nicolas Sarkozy und die Beschleunigung der Politik", (Gollenstein Verlag, 2008), "Opération Walkyrie - La Résistance allemande contre Hitler", (Éditions de l'Archipel, Paris, janv. 2009). Avec "Enfants maudits" et "Le Crime d'aimer" (Éditions des Syrtes), il a posé le problème des enfants de l'ennemi (enfants d'occupants, de prisonniers de guerre et de STO) dans la relation franco-allemande. Il a créé le magazine Internet franco-allemand www.eurbag.eu.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 12 - Septembre 2009 : Lobbying et communication d'influence ; Le lobbying à l'heure de la démocratie d'opinion ; Pas de lobbying sans communication d'influence ; Metternich, une araignée au coeur de l'Europe.

Invité du mois : "Europe : repenser l'articulation lobbying - communication d'influence", par Henri Thomé. Fin connaisseur des arcanes de la Commission européenne et du Parlement, ingénieur des Ponts et Chaussées, Henri Thomé est le Délégué général Europe assurant la direction de la Représentation européenne de Bouygues SA, basée à Bruxelles, pour l'ensemble des métiers du Groupe : Bouygues Construction, Bouygues Immobilier, Bouygues Telecom, Colas et TF1. Il est membre du Conseil de Groupe. Henri Thomé est également Président du Club des représentants des grandes entreprises françaises à Bruxelles, et membre du conseil d'administration du think tank Confrontations Europe.

Télécharger le document

 

N° 11 - Juillet 2009 : Communiquer pour éveiller aux réalités ; Un monde mû aussi par l'émotion ; L'influence au coeur de la guerre économique ; Web et influence ; Ferdinand de Lesseps, diplomate et ingénieur.

Invité du mois : "La géopolitique, pour les décideurs de demain", par Jean-Marc Huissoud. Diplômé de l'IEP de Grenoble et titulaire d'un DEA en Histoire et Philosophie, chercheur et spécialiste de l'informatique et de l'organisation de réseaux, Jean-Marc Huissoud enseigne la géopolitique à l'ESC Grenoble. Il a codirigé plusieurs ouvrages aux Presses Universitaires de France, notamment La Guerre Économique - Rapport Anteios 2010 (Collection Major), Les 100 mots de la géopolitique et Les 100 lieux de la géopolitique (coll. "Que sais-je ?"). Avec Pascal Gauchon, il est co-organisateur du Festival de géopolitique et de géoéconomie de Grenoble. Pour en savoir plus : www.anteios.org et www.grenoble-em.com

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

DOSSIER HORS SERIE N° 1 - Juin 2009 : Stratégies d'influence, le décryptage d'Alain Juillet.

Alain Juillet quitte ses fonctions de Haut responsable à l'intelligence économique auprès du Premier ministre. Au cours d'un long entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, il précise sa définition de l'influence et dresse les grandes lignes de nouvelles stratégies communicationnelles. Etat des lieux, bilan et perspectives, à travers une approche tout à la fois théorique et pragmatique.

Télécharger le document

 

N° 10 - Mai 2009 : Savoir s'adapter, clé de la réussite ; Rendez-vous de juin ; Stratégie guerrière, stratégie managériale ; Jean Sassi, un "para diplomate".

Invité du mois : "Entreprises et Défense : un passeur entre deux mondes", par Patrice Lefort-Lavauzelle. Patrice Lefort-Lavauzelle a été l'un des acteurs du dossier des partenariats "armées-entreprises" au titre des PME-PMI. Il préside l'Association des entreprises partenaires du ministère de la Défense, association qui a pour objet le développement des relations entre les entreprises au sens large et la Défense. Membre du Comité de Liaison Défense du MEDEF, il est administrateur du CELSA (Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l'Information et de la Communication) Paris IV - Sorbonne. Lieutenant-colonel de réserve diplômé d'état-major (ORSEM), il est vice-président de la Réunion des ORSEM, la plus importante association d'officiers de réserve de l'armée de terre.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 9 - Avril 2009 : Crise et communication d'entreprise : changement de paradigme ; L'identité d'entreprise, nouvel impératif stratégique ; Entreprises face à la crise : communication différenciante, communication influente ; Godin, inventeur de l'économie sociale.

Invité du mois : "Une identité vraie et forte : atout majeur de la communication des PME", par Mériadec Raffray. Historien, journaliste, Mériadec Raffray dirige depuis 8 ans La Volonté des PME, la revue mensuelle de la CGPME, Confédération générale des petites et moyennes entreprises. Selon lui, les PME ont tout intérêt à repenser leur communication. Il leur faut "faire ressortir leur identité propre. Car c'est cette identité, mise en valeur avec intelligence dans une communication sur-mesure, prenant en compte le réel, dans une perspective à long terme, qui sera le gage du redéploiement optimisé des PME dans les enjeux à venir".

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 8 - Mars 2009 : Pouvoirs, contre-pouvoirs, micro-pouvoirs ; Communiquer en direction des micro-pouvoirs ; Face à la crise de sens et de confiance : les nouvelles voies de la communication d'entreprise ; Michel Foucault, savoir et pouvoir.

Invité du mois : "De la société d'autorité à la démocratie d'influence", par Ludovic François. Professeur affilié à HEC Paris, docteur en sciences de gestion habilité à diriger des recherches, Ludovic François est l'invité de ce numéro. Ses écrits sont essentiellement consacrés aux interactions entre les entreprises et les groupes contestataires, ainsi qu'à l'intelligence économique. Il vient de publier, avec François-Bernard Huyghe, chez Ellipses, Contre-pouvoirs - De la société d'autorité à la démocratie d'influence.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 7 - Février 2009 : Géopolitique, puissance, communication et influence ; Des espaces, des hommes, des réseaux ; Pas de mondialisation sans...territoires ni frontières ! ; La gestion de l'eau entre conflit et coopération ; Friedrich Ratzel, père de la géographie politique.
Invité du mois : "L'eau, enjeu de puissance et d'influence", par Franck Galland. Directeur de la sûreté de Suez Environnement et président du Collège des opérateurs d'infrastructures vitales au sein du Haut Comité Français pour la Défense Civile, Franck Galland est l'invité de ce numéro. Il vient de publier L'Eau : géopolitique, enjeux, stratégies, aux Éditions du CNRS en septembre dernier, et est l'auteur de nombreux articles sur la géopolitique de l'eau parus dans des revues stratégiques (Revue de la Défense Nationale, Bulletin d'Etudes de la Marine, Revue de la Gendarmerie Nationale). Reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes français de la question, il met en évidence le fait que l'eau va devenir un enjeu crucial des relations internationales.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 6 - Janvier 2009 : Crise et communication : retour au réel ; Crise et hybris antique ; Crise financière ou... Apocalypse ; Les cadres confrontés à la crise du sens ; Christopher Lasch, une analyse spectrale de la crise américaine.
Invité du mois : "La crise actuelle, révélatrice de nos faiblesses structurelles", par Xavier Guilhou. Xavier Guilhou est l'un des plus éminents spécialistes français de gestion et sortie des crises. Il a depuis trente ans une pratique pluridisciplinaire de la gestion des risques et des crises au niveau international. Auditeur de l'IHEDN (Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale) et Conseiller du Commerce Extérieur de la France, Xavier Guilhou est surtout connu pour les retours d'expérience et les actions particulières qu'il mène depuis 1990 autour des opérations de sortie de crise et de reconstruction dans des pays confrontés à des désastres naturels ou à des situations de post-conflit. Il a ainsi accompagné nombre d'initiatives visant à faciliter des actions transverses et innovantes entre diplomatie, défense, monde économique et humanitaire. Il a tiré de ses diverses expériences des réflexions et des grilles de lecture sur les ruptures qui impactent en profondeur nos organisations et nos univers de pensée ainsi que sur leurs conséquences concrètes en termes de management voire de communication.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 5 - Décembre 2008 : Puissance des mythes et des rêves ; Mythe, raison et communication ; Fêtes, mémoire, identité et cohérence ; Le Père Noël, syncrétisme et marketing ; Jean Markale, le barde communicant.
Invité du mois : "De l'influence des dragons et des magiciens...", par Erik L'Homme. Après une enfance dans la Drôme et une formation d'historien - et avant de devenir l'écrivain fétiche de Gallimard Jeunesse - Erik L'Homme part plusieurs années à la découverte du monde. Il commence à écrire pour la jeunesse en 2001, et reçoit le Prix jeunesse du festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges pour Qadehar le sorcier, premier tome de la trilogie du Livre des Étoiles. Après une incursion vers le space opera avec Les Maîtres des brisants, il transpose pour la jeunesse, dans Phaenomen, les "secrets de fabrication" qui ont fait le succès du Da Vinci Code et des X-Files. Ses livres, tous édités par Gallimard, sont traduits dans plus de vingt langues.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 4 - Novembre 2008 : Kundera chez Kafka, littérature et influence ; Apprivoiser ou bestialiser ; Le sondage, une construction de l'opinion ; Le sondage, "arme" favorite des médias ; Edward Bernays, premier "spin doctor".
Invité du mois : "L'influence, vecteur de puissance", par François-Bernard Huyghe. Après avoir enseigné au Celsa (Paris-Sorbonne), François-Bernard Huyghe intervient aujourd'hui dans plusieurs instituts universitaires, en particulier sur le campus virtuel de l'Université de Grenoble. Expert à l'Institut de recherches internationales et stratégiques, docteur d'État en sciences politiques, il est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés aux rapports entre information et conflits (www.huyghe.fr). Il vient enfin de publier "Maîtres du faire croire, de la propagande à l'influence" (Vuibert).

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 3 - Octobre 2008 : De Beyrouth à Kaboul ; La violence comme stratégie de communication ; Comprendre la guerre : de l'importance majeure de penser autrement... ; Ivresse de la puissance et force périlleuse des certitudes ; Précurseurs et visionnaires, les mentors français de l'US Army.
Invité du mois : "Guerres et conflits : les règles d'or d'une communication influente", par Frédéric Pons. Officier de réserve ayant servi dans les parachutistes, rédacteur en chef monde à Valeurs Actuelles, Frédéric Pons est président de l'Association des journalistes de défense, l'AJD, qui regroupe environ 160 journalistes. Il a publié de nombreux ouvrages sur les opérations extérieures (Liban, Balkans, Irak,...) et enseigne les stratégies de communication dans les grandes écoles militaires.

Lire la newsletter

Télécharger le document

 

N° 2 - Septembre 2008 : Pas d'influence sans contenu puissant ; Face au doute ; Du danger des bons sentiments ; De l'art de raconter des histoires ; Machiavel, l'influence fondée sur l'expérience.
Invité du mois : "Influence et canaux de communication grand public", par Valérie Gaschignard. Directrice générale adjointe de Zenithoptimedia France, agence media du groupe Publicis et troisième agence media de l'Hexagone, Valérie Gaschignard est responsable des opérations de partenariat media et hors media.

Télécharger le document

 

N° 1 - Juillet 2008 : L'influence, à l'image de l'arbre ; Repenser sur le long terme ; Communication d'influence : comment affirmer son identité ; Georges Doriot, pionnier du capital-risque.
Invité du mois : "Management, identité et maîtrise des 'problèmes tordus'", par Roger Vandomme. Titulaire d'un MBA de Queens University, Roger Vandomme est Vice Président chez Equifax Canada. Egalement officier de réserve de l'armée française, le lieutenant-colonel Vandomme enseigne la planification stratégique au Collège des Forces Canadiennes à Toronto.

Lire la newsletter

Télécharger le document

Revenir en haut de la page